Picasso et les ballets russes

L’exposition a ouvert la semaine dernière et j’y suis allée le premier jour. On y voit de tout et avec les étapes. Dessins, croquis, maquettes et reproduction du décor. Costumes dessinés et en vrai. Le tout sur la musique de Stravinsky (lien en fin d’article) que je ne connaissais pas vraiment. Et pour finir sur une super note des extraits des ballets dans la salle de projection.

Les vacances vont commencer pour nous, je vais y emmener les enfants.

En bonus sonore, la musique de Stravinsky qui jouait dans la salle d’exposition et qui apportait une dimension supplémentaire à l’exposition.

EnregistrerEnregistrer

Destins

Sur les conseils de mon père et dans l’optique de comprendre peut-être un peu mieux l’état d’esprit de mes aïeux, je me suis lancée dans la lecture de ce roman russe. Vrai roman russe avec des personnages nombreux qui arrivent dans le récit sans s’annoncer.

Avant d’acheter le livre, toujours sur les conseils de mon cher papa j’ai regardé ce documentaire édifiant et par moments terrifiants sur l’histoire qui existe derrière ce manuscrit. Vassili Grossman a littéralement mis sa vie dans ce livre incroyable dont l’histoire même est formidable, à la hauteur de celle qu’il contient.

Le documentaire est à voir sur Arte jusqu’au 25 mars

EnregistrerEnregistrer

Nouveau jean

J’ai un nouveau jean. Je l’ai vu d’abord sur Instagram et j’ai bien aimé ses gros cœurs bleus sur les genoux. J’ai regardé sur Internet et vu qu’il coutait 69 € je crois, plutôt abordable donc.

Je cherchais un peu un nouveau jean, car tous les miens sont trop grands. Certains se sont un peu détendus peut-être. D’autres sont vieux et je les avais achetés à des moments où j’étais plus épaisse peut-être. Et surtout je crois que la première raison, c’est que j’avais acheté mes jeans trop grands. C’est une manifestation de la dysmorphophobie puisque je ne parviens pas vraiment à me voir telle que je suis dans un miroir.

Mais l’autre jour avant d’aller faire quelques essayages aux Galeries Lafayette, j’avais regardé la taille de mon jean le plus petit pour me forcer à essayer la taille en dessous. C’était du 26 et il fallait donc que je prenne du 25. Je voulais essayer un des nouveaux 501, ceux avec les bas de jambes un peu plus fins. Après avoir trouvé la bonne taille, je suis allée dans la cabine. Quand j’ai déplié le jean, je me suis dit que je ne rentrerai jamais dedans. Je me suis forcée à me souvenir que le 26 était trop grand et j’ai glissé une jambe. Et ça passait, mais là encore je me suis dit que je n’aurais jamais la place de mettre la deuxième.

Et puis c’est passé et je l’ai même fermé sans problème. Comme la coupe est un peu taille haute ou peut-être moyenne, ça m’a fait bizarre de me sentir tenue, car d’habitude je porte des taille basse, de toute façon mes pantalons sont tellement grands que je n’ai pas le choix. Le problème quand on déplie les jeans dans la cabine et pas avant, c’est qu’on ne voit pas exactement comment ils sont. Et là il était complètement déchiré sur le devant. Et franchement payer 110 € pour un jean déjà en fin de vie, ça me dépasse. Je porte mes propres déchirures et je ne suis pas prête à payer pour ça.

J’ai regardé un peu dans les piles, mais quand les couleurs me plaisaient il n’y avait pas ma taille et à ma taille aucune couleur ne me convenait. J’ai laissé tomber en me disant que de toute façon un jean un peu grand n’était pas grave du tout. Et puis je n’avais pas été payée de quelques factures et il fallait faire un peu attention.

La semaine suivante, mon jean le plus récent s’est déchiré d’usure à un endroit légèrement gênant, juste sous la fesse droite. Puis j’ai été payée alors j’ai décidé de me lancer. J’avais repéré ce jean avec les cœurs sur les genoux et je le voulais. Il avait l’air d’avoir une forme assez semblable au 501 : taille un peu haute, droit, jambes assez fines. Mais je ne savais pas si la marque taillait comme les Levi’s et je ne voulais pas me lancer à l’aveugle.

J’ai utilisé la magie des réseaux sociaux et demandé à la blogueuse qui avait présenté le jean s’il taillait bien ou petit. J’ai tourné ma question de façon très polie parce que j’étais un peu embarrassée de la déranger pour ça, mais je ne voulais pas passer à côté. Elle m’a répondu gentiment en me disant qu’elle faisait du 27 en général et que c’était la taille qu’elle avait choisie.

J’ai été surprise, car je pensais qu’elle était plus mince que moi. Elle doit être plus grande ce qui donne une illusion de minceur où elle a peut-être utilisé un logiciel de retouche ou juste je ne vois pas clair. De toutes ces options, je penche plus vers la dernière.

Finalement j’ai demandé à mon cher frère d’aller me chercher le jean. Il était à Bordeaux avec du temps et il n’y a pas la boutique à Marseille. Et comme on se voyait quelques jours plus tard je savais que ce serait moins long que d’attendre l’arrivée du colis. Et si ça ne m’allait pas, il se serait sûrement chargé de le rendre. Il est très serviable.

Et le jean me va. Il faut que je m’adapte parce que je ne suis pas habituée à cette forme. Le corps n’apparaît pas de la même façon. Et le fait qu’il soit vraiment à ma taille change pas mal. Disons que je ne me cache pas et que c’est mon corps qui apparaît. Un bon exercice d’acceptation.

Aujourd’hui je le porte pour la première fois avec des socquettes à paillettes, mes Doc basses et un cardigan. Je l’ai retroussé un peu en bas pour jouer avec les proportions et mes jambes ont l’air géantes. Grandes, pas énormes. J’aime bien.