Mon Arielle

Maintenant un mois qu’elle est arrivée et c’est comme si elle avait toujours été là. Une deuxième fille a rejoint notre famille et je n’avais pas mesuré à quel point la surprise serait grande. 

Pour cette petite dernière on s’était mis d’accord avec Arnaud pour garder la surprise. On savait bien que ça pouvait être l’un ou l’autre, genre évidemment. Mais justement c’était ça l’un ou l’autre ça n’était ni un garçon,  ni une fille tant qu’elle était encore dans mon ventre. 

On avait trouvé le prénom déjà. Si ça avait été un garçon, on l’aurait appelé Ariel. Et pourtant ce n’était pas Ariel(le) pour mois. C’était soit Ariel soit Arielle. Je ne suis pas certaine d’être très claire. 

Ce qui est certain, c’est que j’ai vécu cette grossesse très différemment des deux précédentes. Bien évidement chaque grossesse et chaque enfant est différent. Mais en plus de ces différences physiologiques, il y avait la différence psychologique je dirai ou ce bébé avait peut-être une réalité moindre que les deux premiers avant d’être là. 

Très attendue et très belle surprise 

Je veux dire que César et Jasmin, j’ai vraiment l’impression que j’étais enceinte d’eux. On avait su assez vite que c’était un garçon puis une fille. On avait vite choisit les prénoms à chaque fois et dans ma tête ils avaient déjà une existante à peu près concrète avant même d’arriver. 

Là pour Arielle c’était différent. Je n’arrivais pas à me projeter. Et j’ai l’impression que cette grossesse et ce bébé sont moins liés. Comme si d’une part j’avais été enceinte et que d’autre part, j’avais eu un bébé. Étrange hein ?

C’est arrivé plusieurs fois au cours de la grossesse que des amis me disent qu’ils ne pourraient pas ne pas savoir, qu’ils auraient trop peur de tout ce qu’ils pourraient projeter sur ce bébé de sexe indéterminé et sur d’éventuelles déceptions inconscientes. Ça me paraissait déjà un peu torturé pendant que j’étais enceinte, mais maintenant je me rends compte que je n’étais vraiment pas dans ce genre de délire. 

Tout d’abord, je crois que je suis vraiment trop philosophe pour me prendre la tête à propos de quelque chose sur lequel je n’ai aucune prise, à savoir le sexe de ce bébé. Donc je ne me suis jamais inquiétée d’une éventuelle déception. 

Et ensuite je trouve qu’au contraire, ça m’a permis de ne rien projeter du tout sur cette petite fille et de la laisser arriver sans a priori. C’est elle qui va nous montrer la voie et nous allons la laisser nous guider. 

Et finalement je crois que c’était une belle expérience cette surprise. Au cours de la grossesse je suis passée par plusieurs phases où parfois je voulais vraiment savoir. Mais c’était plus pour des questions d’organisation, savoir quels vêtements je pouvais ressortir et lesquels je pouvais donner. 

Je suis contente d’avoir su les deux premières fois. Et très heureuse d’avoir été surprise par cette toute petite fille qui est venue complétée notre famille.