Je choisi le 11

C’était le 7 janvier. Le jour de Charlie. Je n’avais pas pensé écrire sur le sujet, mais finalement ça avait l’air de se faire.

J’étais en train de finir de préparer l’article de demain sur mon blog, pour accueillir la nouvelle année et à la fin je voulais mettre les liens vers mes articles similaires passés. J’ai retrouvé sans problème ceux de 2017, 2016 et 2014, mais pour 2015 ça ne ressortait pas.

Je suis allée vraiment chercher en mettant le filtre janvier 2015. Et c’est vraiment bizarre mais le 1er article que j’ai publié cette année-là, le 5 janvier était A most violent year consacré au film du même nom. En réalisant cela j’ai été assez choquée comme si cet article annonçait à lui seul l’année 2015 et sa violence jusqu’alors inimaginable. Puis le jour même de l’attentat à Charlie, Paris était entièrement dans la brume au réveil et j’avais posté une photo où on ne voyait rien de Paris. Mais ce que seule moi sait, c’est que ce matin-là je suis passée à République et que la statue était entièrement dans la brume elle aussi et j’ai instantanément regretté de n’avoir pas pris cette photo. Et dans la journée et les jours suivants je pensais tout le temps à cette vision.

Puis l’année 2015 est passée et je sais qu’elle m’a changée. Et même si c’est parfois difficile à admettre je crois que c’est elle qui nous a poussés vers Marseille. J’y repense maintenant et le vent souffle fort dehors, et je veux me concentrer sur cet élan incroyable du 11 janvier. Ce moment où j’ai senti physiquement l’humanité, et peut-être même la république qui se soudait et qui disait non. On était finalement encore innocent. Novembre était loin.

On va faire ça alors, ce souvenir du 11 janvier. De toute façon le 7 janvier a été repris par la petite Rosa qui a su venir au bon moment pour faire bifurquer nos mémoires vers la vie et le bonheur.

Doublé de masques

Deux masques ont récemment rejoint ma salle de bain. Il y a le vert et bleu et si j’ai le temps j’enchaîne les deux à la suite. Ou alors je fais l’un le soir et l’autre le matin au réveil. D’abord le vert, puis le bleu. Je le fais environ deux fois par semaine.

Je trouve que c’est difficile de dire si un produit fonctionne vraiment, il y a en général d’autres facteurs qui interviennent au même moment et qui pourrait avoir un effet sur la peau. Mon teint manque parfois un peu d’éclat à mon goût : ma peau est clair, je n’ai pas les traits vraiment marquée, mais je n’ai pas un teint rayonnant. Et je remarque que ce marque redonne un coup de frais à ma mine pour quelques jours.

Et en plus j’adore le design des pots, que demander de plus ?

Les fleurs d’Aloÿse

Il y a maintenant quelques années, j’avais fait un atelier au BHV animé par le studio ADC. Depuis je les suis sur Insta et j’aime beaucoup les illustrations d’Aloÿse. Quand elle a mise vente ses fleurs, je savais que je les voulais, mais je ne savais pas encore où j’allais les mettre. Et puis quand on a changé la déco du salon pendant les vacances, elles ont naturellement trouvé leur placeur cette bibliothèque basse. J’aime leurs couleurs qui s’accorde avec notre protectrice de la maison et le cadre qui s’accorde parfaitement aux autres couleurs de ce petit espace. Et moi qui adore les fleurs, je suis contente d’en avoir tout le temps à portée d’yeux désormais.

Pour voir son compte instagram, c’est ici.