Luna

Aujourd’hui je voulais vous parler du film que j’ai vu hier, jour de sa sortie. C’est Luna, un film d’Elsa Diringer avec Laëtitia Clément dans le rôle principal. J’en parle aujourd’hui, parce que c’est important pour un film d’être soutenu dans ses premiers jours de vie en salle, c’est un peu à ce moment que ça se joue.

Je n’aime pas beaucoup raconter les films parce que moi même j’aime bien y aller avec l’esprit libre et sans a priori. Alors je vais en dire le moins possible et on peut aussi dire que vous allez le voir et que vous revenez lire la suite après.

Je dirais que ce film est complexe, mais pas chiant ou prise de tête. Beau, mais pas cucul. J’y ai vu le portrait d’une femme en construction prise entre une loyauté liée à l’enfance et un futur qui lui paraît inaccessible parce qu’il lui faut à la fois renoncer à certaines choses et assumer un passé qui la hante et qu’elle voudrait dépasser.

L’univers des personnages n’est pas le mien, je me reconnais dans la volonté de présenter des personnages féminins tout en relief et profondeur.

Ce que j’ai aimé aussi, c’est qu’au-delà de l’histoire même, on retrouve la construction d’un drame classique. L’héroïne est tiraillée entre deux clans. Et peu importe son choix, il semble qu’elle est attirée vers des profondeurs tourmentées. C’est enfin une histoire d’amour assez juvénile et très touchante.

Si ce n’était pas clair, j’ai beaucoup aimé ce film et vous retrouverez ici la liste des cinémas où il est joué et la bande annonce.

De la virilité

J’ai écouté l’autre jour une émission où Benjamin Biolay était invité et il parlait de virilité. Il disait en gros qu’il n’aimait pas la virilité parce que pour lui ça évoquait Poutine torse nu sur un cheval et d’autres choses comme ça.

J’étais vraiment surprise parce que pour moi ce chanteur est l’incarnation de la virilité. Pas cette virilité testostérone mais cette virilité intérieure qui émane de la certitude d’un homme de ce qu’il est. Rien à voir avec les vêtements ou la taille. La virilité pour moi c’est une attitude.

Pour le coup, Poutine ne me parait pas du tout viril, mais plutôt ridicule et je ne suis pas sure que ça aille bien ensemble. Il en fait tellement que ça laisse un doute et qu’on se demande pourquoi il a besoin d’en rajouter toujours un peu plus. Alors que la retenue, le rythme, et même la douceur peuvent se révéler très virils.

Pour écouter l’émission dont je parle c’est ici. Il s’agit d’une émission de Nova qui s’appelle Dans le genre… présentée par Géraldine Sarratia.

Commencer, le podcast

Un nouveau podcast a rejoint mes préférés. Il s’appelle Commencer et suit deux super nanas qui se décident à lancer propre marque de vêtement. Pour ceux qui connaissent, le concept est le même que Start-up de Gimlet : on les suit en temps réel au fur et à mesure de leur aventure. Quand elles commencent le podcast, elles ne savent pas comment leur aventure va évoluer. C’est intéressant cette plongée dans le monde de l’entrepreneuriat, parce que les problématiques sont toujours les mêmes que l’on travaille dans les vêtements, les médias ou n’importe quoi. J’attends maintenant le prochain épisode avec impatience et je choisis avec soin le moment où je l’écoute. Là, c’était en dessinant.