Retour de vacances

Après les festivités du baptême, nous sommes partis quelques jours à Vallauris, juste tous les cinq (et je me demande si ce n’était pas la première fois qu’on se retrouvait si longtemps seulement entre nous). Je pensais que la pause des vacances me permettrait de revenir le cerveau frais et avec plein d’idées d’articles, mais en fait je suis un peu rouillée et j’ai tellement de projets qui s’enchaînent que j’ai besoin de faire le tri dans mes idées. Au moins je suis à peu près reposée, au moins intellectuellement et ces derniers jours nous ont permis de nous vivre des belles aventures familiales.

Imprévus et prévus 

On avait prévu de partir tôt de Beaulieu pour arriver pas trop tard à Marseille histoire de se poser un peu avant que j’aille au premier cour de mon stage de danse. 

Finalement au bout d’un quart d’heure on est tombé en panne. On a mis près de trois heures à savoir quoi faire. Ma tante et ma grand-mère nous ont sauvé avec un picnic. Et je suis arrivée à l’heure, mais sans passer par la maison. 

Je suis enfin rentrée chez moi et je suis heureuse de voir ces motifs et ces couleurs qui m’accueillent. La vie est faite de toutes ces choses. Peu importe ce qui arrive on garde le cap et on retombe sur ses pieds !

Vacances à Beaulieu

J’avais envie d’écrire sur les vacances en famille. De dire que c’est important que chacun trouve son rythme pour que tout le monde en profite et de développer autour de cette idée. 

Mais en cherchant dans mes photos pour illustrer cet article, je suis tombée sur celle-ci et j’ai plus eu envie d’écrire sur Beaulieu. 

Mais que dire ? D’abord il faut dire que Beaulieu pour moi c’est avant tout une maison. Et je pourrais raconter que mon arrière-grand-mère a eu un coup de cœur pour cette maison en 1938. 

Beaulieu pour moi c’est aussi ma grand-mère, qui a fête ses 97 ans au printemps. Ma mamie qui se baignait encore dans la Dordogne si froide il y a quelques années. Mamie qui connaît tout le monde, ou au moins a une histoire à raconter sur chacun. 

Depuis 1938

Beaulieu c’est le canoë qu’on prend pour aller à la piscine ou juste pour aller à la plage en face pour traîner dans l’eau et à côté. Ou encore pour descendre quelques rapides et ramer un peu. 

C’est nager dans la rivière froide et se sentir mieux toute la journée après. Fière et revigorée ou rafraîchie et parfois un peu trop. 

Et maintenant Beaulieu est un lieu que je peux partager avec mes enfants. J’aime l’idée qu’ils s’y créent  eux aussi des souvenirs et qu’ils y vivent comme des aventuriers. 

C’est une maison de famille et familiale où on s’est retrouvé à quinze pour le week-end du quatorze juillet pour partager la parade (à la télé) et le feu d’artifice (en vrai) et surtout de grands repas et quelques activités selon les goûts et le rythme de chacun. 

On en revient au début : les vacances en famille se passent bien quand chacun y trouve son équilibre.

On essaiera de revenir bientôt