Voyage en train

On dit que le voyage compte plus que la destination. Je ne sais pas si je suis d’accord vraiment, mais c’est vrai que l’idée de faire un voyage avec mes deux grands me ravissait. Et aussi qu’ils passent du temps avec ma grand-mère et qu’on fasse de mes trucs préférés ensemble : marcher et aller au musée, traîner chez ma grand-mère, entre autres.

On lit souvent des trucs sur la difficulté à voyager avec les enfants, mais au risque d’être détestée, je dois dire que ça n’a pas représenté un vrai défi pour moi, ou pour nous en tant que famille. J’y ai réfléchi un peu et je crois que ça tient à plusieurs choses.

D’abord je prends le voyage quarts d’heure par quart d’heure. Je me dis, plus que 1 h 45, jusque là tout va bien. C’est-à-dire que je me concentre sur le positif, plutôt que de craindre le pire. Je prévois aussi plein de trucs : des crayons, des cahiers, des trucs à manger et à boire en quantité. Et on a notre petit rituel avant chaque voyage en train de passer acheter un journal, de préférence un avec un jouet offert ou des autocollants.

Ce qui joue aussi sûrement beaucoup, c’est l’habitude qu’ils ont de voyager. Que ce soit en voiture ou en train, un peu moins en avion. J’essaie toujours de présenter ça comme une petite aventure. Et ils savent tout simplement comment se comporter dans ces circonstances. Pendant le dernier voyage, César est allé tout seul aux toilettes, car Jasmin dormait sur mes genoux et je ne voulais pas la laisser, j’avais peur qu’elle tombe et se fasse mal. Il s’est débrouillé comme un chef et je crois que cette confiance que je lui ai accordée à ce moment a rejailli sur le reste du voyage en le responsabilisant.

Et puis enfin, j’essaie de rester zen au maximum. Et je suis très ferme sur mes intentions et claire avec eux : je veux qu’ils soient calmes et sages. Je ne leur demande pas. Je le prends pour un acquis. Je n’aime pas élever la voix, mais ils savent que je sais le faire et ça ne leur plaît pas.

Voilà je suis cette nana qui aime voyager avec ses enfants et qui ne le redoute pas. Ils sont de supers petits voyageurs, mais je sais que c’est aussi un effort qu’ils fournissent à ce moment et que ça les fatigue parce qu’à l’arrivée, quand ils arrivent en terrain connu ils se relâchent et on besoin de crier et de se défouler. Il faudrait que je pense à prendre ça en compte la prochaine fois, ça me surprendra un peu moins.

Enquête en cours

Hier j’ai décollé pour Nantes où je reste jusqu’à demain. Je vais rendre visite à ma grande-tante qui est la seule autre personne sur terre à s’appeler Jeanne Zamansky (j’imagine). Je vais la voir pour faire suite à une idée qui a germé après cet article, et essayer d’en apprendre plus sur mon arrière-grand-mère Rebecca.

Hier soir avant de me coucher j’essayais de mettre de l’ordre dans mes idées pour poser les bonnes questions ce matin. À suivre !

Organisation haut niveau

Alors partir à l’aventure et être rock’n’roll c’est cool. Mais pour moi ce lâcher-prise passe par un minimum d’organisation. Déjà, et je l’ai évoqué l’autre jour, pour le voyage même, mais ça concerne aussi le séjour.

C’est vraiment une façon de me laisser l’esprit complètement libre pour faire tout ce que je veux. Je m’en occupe au début une fois pour toutes et après je n’y pense plus. J’ai fait cette liste la semaine dernière en essayant d’y mettre tout et d’organiser en trois colonnes : objets, vêtements et trousse de toilette.

Ça va nous aider à préparer la valise à l’aise. Parce que le but c’est de ne pas se charger et de voyager léger. On va faire tout rentrer dans deux valises cabine et un sac à dos chacun (sauf Arielle) plus la poussette.

J’❤️ les listes

À l’heure où j’écris, je n’ai pas commencé la valise et je me sens pleine de bonne volonté. Mais en vérité je sais déjà comment ça va se passer. Au début je vais suivre la liste, puis je vais m’en écarter et rajouter des tenues pour moi et pour les enfants.

En fait cette liste, je la vois plus comme le minimum nécessaire. Je vais peut-être emporter quelques paires de chaussures supplémentaires. Et puis je pense aussi emporter une tenue de sport histoire de ne pas laisser mes futurs abdos à Marseille, mais je remarque que je ne l’ai pas noté.

Maintenant, je me dis aussi que pour une fois je pourrais laisser de la place pour pouvoir rapporter quelques petites choses. Sinon ça fini toujours avec un supplément sac plastique, et j’aimerais vraiment pouvoir éviter cette fois. 

À suivre, on verra si j’y arrive. Et sur ce je m’en vais prendre une dizaine de jours de vacances bien méritées. À plus !