Neuf mois avec nous

On dit qu'autour de neuf mois, les bébés vivent une petite phase où d'un seul coup ils se rendent comptent qu'ils sont là pour y rester et qu'il n'y aura plus de transition aussi bouleversante que le jour de leur naissance.

Et c'est vrai qu'Arielle a traversé quelques jours où elle pleurait à chaque fois que je quittais la pièce, même si elle peut me suivre partout et qu'elle a des habitudes d'exploratrice. Mais ça a correspondu avec des jours où nous nous sommes retrouvées seules toutes les deux. Autant dire que l'appartement était vide et silencieux eta a pu lui faire bizarre. C'est aussi à ce moment-là que sa première dent a percé, alors il est possible qu'elle ait souffert et qu'elle ait eu besoin de plus de réconfort.

Ca n'a pas duré et elle reste fidèle à elle-même. Volontaire, (très) dynamique et super chouchoute. Elle continue de tout tout manger avec appétit. Surtout si ça peut se mâcher. Elle n'est pas super fan des biberons et sait bien nous le faire comprendre. C'est d'ailleurs super mignon car elle ne s'énerve pas, mais repousse fermement le biberon qu'on lui tend et fait non avec la tête. Ce qu'elle préfère je crois ce sont les petits filous. Son visage s'éclaire dès qu'il y en a un qui rentre dans son champ de vision. Ce qui est drôle c'est qu'elle semble avoir des idées bien arrêtées sur ce qu'elle veut manger et dans quel ordre. Si on lui propose plusieurs choses elle alterne entre par exemple la soupe, le fromage, la purée, etc.

Elle dit maintenant quelques mots. Trois si je ne me trompe pas : mama, papa et teta (pour César). Je crois que pour Jasmin elle dit Tata mais je ne suis pas aussi catégorique.Et quand elle ne dit pas ces quelques mots elle est en train de babiller à longueur de journée. Elle est très bavarde. Ca m'a fait un peu bizarre au début parce que ni César ni Jasmin n'avaient fait ça. Eux ils avaient gardé leurs mots et leur voix jusqu'au jour où ils avaient parlé. Et Elle a bien compris j'ai l'impression le pouvoir de la parole car quand Jasmin la câline de façon un peu trop à son goût, elle se met à piailler, jusqu'à ce qu'elle ait regagné sa liberté. Elle s'arrête au moment où l'étreinte se desserre et elle ne semble pas du tout cachée, elle passe à autre chose.

Debout, 2 mini dents

Je n'arrive pas à savoir si elle a un jeu qu'elle préfère, mais il faut dire que son activité principale des dernières semaines a été de passer son temps à se relever. D'abord en prenant appui sur des petites choses, oui ssur des plus hautes et maintenant elle sait même se relever en s'appuyant sur une surface plane comme un mur ou un dos de fauteuil. Et elle arrive aussi à déplacer des objets au sol et à les déposer en hauteur. Alors elle passe son temps à faire des essais, à explorer tous les recoins de l'appartement qu'elle ne connaît pas encore. Elle passe du balcon au salon toute seule. En fait, je sais quel est son jeu préféré : c'est la petite cuisine pour enfants que j'ai installé sur le balcon. Elle y passe une grande partie de son temps. Elle ne sait pas encore ouvrir la valise posée à côté et qui contient toute la dinette, mais ça ne devrait pas tarder. Il va surement falloir rapatrier la cuisine à l'intérieur si on ne veut pas que tout finisse par dessus bord.

J'ai pour habitude de ne pas trop me projeter en avant et de vraiment vivre le moment présent pour le savourer. Et je sais qu'il faut que je profite particulièrement de ces quelques semaines où elle ne marche pas encore. Parce que je sais que quand ça commencer, ça ne s'arrêtera plus et que les potentiels dangers vont se multiplier très vite, plus vite que je ne saurai les imaginer, c'est sûr. Elle est encore mon petit bébé tant qu'elle ne marche pas. Et même si elle restera un bébé encore un peu, l'expérience m'a apprise qu'ils passent dans un autre monde le jour où ils se lancent.

 

Les prochains mois nous réservent plein de belles découvertes et de nouvelles aventures, ça va être trop bien !