1 an

La semaine dernière Arielle a fêté son premier anniversaire. Je ne savais pas si j’avais envie de parler d’où elle en est à ce moment où de comment ça me faisait sentir alors j’ai décider de faire un coup double et en fin de semaine je publierai un article sur la maternité avec un an de recul.

Donc place à Arielle qui est toujours aussi mignonne. Je dirai qu’un des trucs qui me surprend le plus dans sa personnalité c’est qu’elle a de la suite dans les idées. Elle analyse beaucoup les situations avant d’agir et s’y reprend de plusieurs façon jusqu’à obtenir ce qu’elle veut.

Ce qui est drôle avec trois enfants c’est que je me rends vraiment compte à quel point chacun est différent. Et d’avoir deux filles et un garçon, je réalise que ces différences ne tiennent pas du tout uniquement au genre. Cesar est un fonceur mais assez prudent. Jasmin est une fonceuse carrément téméraire. Et Arielle ne fonce pas sans réfléchir avant.

Et même s’ils sont tous les trois différents, Cesar et Jasmin avaient beaucoup de points communs qui me faisaient imaginer que tous mes enfants seraient pareils. Ça avait commencé à la naissance où ils faisaient tous les deux 2,8 kilos et 47 cm, des tout-petits bébés arrivés en avance. Et Arielle faisait 3,4 kg et 50 cm. Je me souviens que j’avais paniqué quand le médecin m’avait dit qu’elle pèserait dans les 3,5 kilos juste avant l’accouchement parce que j’avais peur de ne pas savoir faire.

Et puis César et Jasmin ont tout les deux marché entre 10 et 11 mois. Mais Arielle prend son temps. Elle a fait plusieurs fois son premier pas. Ça fait des mois qu’elle sait se tenir debout sans support. Mais elle n’a pas envie de se lancer. Le jour de son anniversaire j’ai vraiment cru qu’elle allait y aller et finalement rien de plus. Elle adore marcher en tenant le doigt, mais c’est vraiment pour un support psychologique car je sens bien qu’elle ne tire pas dessus… La vérité c’est que j’ai été un peu déstabilisé quand j’ai réalisé qu’elle se lancerait plus tard que ses frère et sœur, mais maintenant j’ai tout à fait compris qu’il n’y avait rien à faire d’autre que d’attendre qu’elle se décide.

Concernant la nourriture, elle ne fait toujours pas de difficulté mais sait très bien faire comprendre qu’elle ne veut plus de soupe et que c’est l’heure de passer au yaourt. Pareil pour le sommeil quand elle veut aller se coucher elle récupère son doudou et squatte à côté de son lit en appelant. Et pareil aussi pour la couche. Elle nous appelle et attend qu’on ait compris devant la salle-de-bain. Je trouve ça trop chou et très confortable car de manière générale, Arielle sait ce qu’elle veut et se satisfait immédiatement quand elle l’a obtenu.

Juste avant son anniversaire nous avons célébré son baptême républicain et c’était une super fête de famille et je suis persuadée qu’elle comprenait parfaitement que nous étions tous là pour elle. C’était un peu notre tradition qu’on a mis en place avec chacun des enfants au moment de leur premier anniversaire et j’aime bien marquer ainsi leur entrée dans le monde des grands.

Je pense que maintenant je vais laisser de côté les points mensuels et on reparlera dans 6 mois. On verra à ce moment comment à évolué ce petit bout de femme qui affiche déjà son indépendance et sa douceur au quotidien.

Onze mois

Hier 1er octobre et Arielle a onze mois. J’étais persuadée qu’elle marcherait déjà à cet âge, mais finalement elle n’est pas pressée. Moi non plus, mais j’ai quand même hâte de la voir se lancer.

C’est encore un rappel que chaque enfant fait les choses à son rythme. César et Jasmin ont fait leur premiers pas un peu plus tôt et j’avais bêtement cru qu’elle ferait pareil. Finalement elle est un individu différent qui fait les choses différemment.

Par exemple elle dit déjà quelques mots alors que je n’ai pas du tout le souvenir que César et Jasmin l’ai fait aussi tôt. « Tiens », « donne », « à table », « papa », « maman », « caca », « bateau », « Téta » (pour César) et « minmin » (pour Jasmin) et depuis hier « dede » pour son doudou.

Et ce n’est pas parce qu’elle est à quatre pattes que ça la freine dans sa découverte du monde. Elle escalade partout et n’a peur de rien. Hier elle a monté son premier escalier, plusieurs fois. Et si ses parents l’avaient laissé faire elle y aurait passé l’après-midi.

Elle est toujours aussi facile dans le sens où on fait tout avec elle et qu’elle est imperturbable. Peu lui importe de dormir dans un lit qu’elle ne connaît pas dans une chambre qu’elle n’a jamais vu. Tant qu’elle a son doudou à ses côtés, la vie est belle.

Elle rit tout le temps. C’est vraiment un bébé joyeux. Une petite princesse qui illumine notre vie et celle des passants à qui elle envoie sourire et à qui elle fait des saluts gracieux.

Cette Arielle est vraiment mon petit ange. Ça ne veut pas dire qu’elle ne s’énerve jamais, mais c’est vraiment rare et c’est presque exclusivement lié à la nourriture. Alors vu que pour le reste elle est si cool je lui passe, même si je commence à essayer de lui apprendre la patience.

Aujourd’hui nous repartons à Marseille et je n’appréhende pas du tout le voyage avec elle ni avec les deux grands. Je sais que ça va super bien se passer. On voyage à l’heure du déjeuner alors ils auront de quoi être occupés. Et puis ce n’est que quelques heures, ils sont tous habitués à plus, et nous aussi.

Neuf mois avec nous

On dit qu'autour de neuf mois, les bébés vivent une petite phase où d'un seul coup ils se rendent comptent qu'ils sont là pour y rester et qu'il n'y aura plus de transition aussi bouleversante que le jour de leur naissance.

Et c'est vrai qu'Arielle a traversé quelques jours où elle pleurait à chaque fois que je quittais la pièce, même si elle peut me suivre partout et qu'elle a des habitudes d'exploratrice. Mais ça a correspondu avec des jours où nous nous sommes retrouvées seules toutes les deux. Autant dire que l'appartement était vide et silencieux eta a pu lui faire bizarre. C'est aussi à ce moment-là que sa première dent a percé, alors il est possible qu'elle ait souffert et qu'elle ait eu besoin de plus de réconfort.

Ca n'a pas duré et elle reste fidèle à elle-même. Volontaire, (très) dynamique et super chouchoute. Elle continue de tout tout manger avec appétit. Surtout si ça peut se mâcher. Elle n'est pas super fan des biberons et sait bien nous le faire comprendre. C'est d'ailleurs super mignon car elle ne s'énerve pas, mais repousse fermement le biberon qu'on lui tend et fait non avec la tête. Ce qu'elle préfère je crois ce sont les petits filous. Son visage s'éclaire dès qu'il y en a un qui rentre dans son champ de vision. Ce qui est drôle c'est qu'elle semble avoir des idées bien arrêtées sur ce qu'elle veut manger et dans quel ordre. Si on lui propose plusieurs choses elle alterne entre par exemple la soupe, le fromage, la purée, etc.

Elle dit maintenant quelques mots. Trois si je ne me trompe pas : mama, papa et teta (pour César). Je crois que pour Jasmin elle dit Tata mais je ne suis pas aussi catégorique.Et quand elle ne dit pas ces quelques mots elle est en train de babiller à longueur de journée. Elle est très bavarde. Ca m'a fait un peu bizarre au début parce que ni César ni Jasmin n'avaient fait ça. Eux ils avaient gardé leurs mots et leur voix jusqu'au jour où ils avaient parlé. Et Elle a bien compris j'ai l'impression le pouvoir de la parole car quand Jasmin la câline de façon un peu trop à son goût, elle se met à piailler, jusqu'à ce qu'elle ait regagné sa liberté. Elle s'arrête au moment où l'étreinte se desserre et elle ne semble pas du tout cachée, elle passe à autre chose.

Debout, 2 mini dents

Je n'arrive pas à savoir si elle a un jeu qu'elle préfère, mais il faut dire que son activité principale des dernières semaines a été de passer son temps à se relever. D'abord en prenant appui sur des petites choses, oui ssur des plus hautes et maintenant elle sait même se relever en s'appuyant sur une surface plane comme un mur ou un dos de fauteuil. Et elle arrive aussi à déplacer des objets au sol et à les déposer en hauteur. Alors elle passe son temps à faire des essais, à explorer tous les recoins de l'appartement qu'elle ne connaît pas encore. Elle passe du balcon au salon toute seule. En fait, je sais quel est son jeu préféré : c'est la petite cuisine pour enfants que j'ai installé sur le balcon. Elle y passe une grande partie de son temps. Elle ne sait pas encore ouvrir la valise posée à côté et qui contient toute la dinette, mais ça ne devrait pas tarder. Il va surement falloir rapatrier la cuisine à l'intérieur si on ne veut pas que tout finisse par dessus bord.

J'ai pour habitude de ne pas trop me projeter en avant et de vraiment vivre le moment présent pour le savourer. Et je sais qu'il faut que je profite particulièrement de ces quelques semaines où elle ne marche pas encore. Parce que je sais que quand ça commencer, ça ne s'arrêtera plus et que les potentiels dangers vont se multiplier très vite, plus vite que je ne saurai les imaginer, c'est sûr. Elle est encore mon petit bébé tant qu'elle ne marche pas. Et même si elle restera un bébé encore un peu, l'expérience m'a apprise qu'ils passent dans un autre monde le jour où ils se lancent.

 

Les prochains mois nous réservent plein de belles découvertes et de nouvelles aventures, ça va être trop bien !