Les sœurs

Elles sont belles mes filles complices et je suis heureuse de les voir ensemble. Ce jour-là, Jasmin avait aidé Arielle à choisir ses vêtements et à s’habiller. Et elles étaient toutes les deux fières : Jasmin d’avoir pu l’aider et Arielle de l’avoir fait sans sa maman.

Fin janvier, Arielle a eu l’âge qu’avait Jasmin a sa naissance : 2 ans et un peu moins de trois mois. Je me souvenais que quand Arielle est née, Jasmin m’avait paru d’un coup grande. Et je me demandais en réalité si Arielle resterait petite plus longtemps puisqu’elle n’avait personne derrière. Et finalement j’ai l’impression qu’elle a grandi subitement.

La relation de Jasmin et Arielle est belle et elles sont complices, elle parle bien et exprime tout ce qu’elle veut. Arielle chante et danse à longueur de journée et elle est un vrai rayon de soleil. C’est le petit clown qui fait rire sa grande sœur mais qui est bien docile et accepte sans ciller de la suivre dans tous ses jeux. Jusqu’au moment où elle décide de se rebeller. Et à ce moment elle est prête à se battre pour obtenir ce qu’elle veut, elle ne se laissera jamais faire.

De plus en plus souvent je les vois comme ça faire leur petites affaires. Elles s’inventent des histoires et se racontent des trucs.

Finalement le plus compliqué parfois pour moi est de ne pas trop intervenir dans leur relation et d’accepter que ma place est en dehors. Quand j’entends Jasmin donner des ordres à Arielle j’ai parfois envie de m’en mêler. Ou quand je vois Arielle piquer une crise pour avoir tel sac ou personnage j’ai envie d’intervenir. Mais je suis convaincue quelque part que quand j’interviens trop je ne leur rend pas service. Je crois que mon rôle est d’être disponible quand elles en ont besoin et pouvoir intervenir comme une médiatrice.

Parfois j’interviens quand même parce que je n’aime pas les entendre se chicaner et certains jours je suis plus sensible que d’autres. Je voudrais qu’elles arrivent à résoudre leurs petits conflits seules. Et je me demande aussi si ce n’est pas moi qui plaque ce concept adulte sur leur jeux d’enfants. Les conflits d’enfants ne sont pas à résoudre. Ils se dissolvent dans le jeu comme ils peuvent parfois se cristalliser dans une idée fixe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.