Les mamans

On m’avait dit qu’avec les enfants je me ferai facilement des amis. Mais franchement je ne comprenais pas. C’est vrai qu’avec les enfants on rentre en contact avec pas mal de monde tout le temps. Mais je suis difficile, je me fais pas des amis comme ça. En plus j’en ai déjà des amis

En plus je n’étais pas fan du concept mamans-copines. On devrait être amies parce que nos enfants se connaissent ? Je suis bien trop mysanthrope pour accrocher à ce concept.

Copines avant tout

Et puis, je refusais vraiment d’être définie par mes enfants. Un peu comme si je n’assumais pas mon statut de maman. J’y ai réfléchi et avec un peu de recul j’imagine que c’est parce que je n’avais pas beaucoup de copines qui avaient déjà des enfants. Je ne voulais absolument pas devenir la nana qui parle tout le temps de ses enfants. Et soyons honnêtes tout n’est pas intéressant. Je devais avoir un peu peur d’entrer directement dans le club des vieux sans passer par la case départ.

Et aussi, je passe beaucoup de temps avec eux, c’est un choix de vie que j’ai fait. Alors quand ils ne sont pas là, c’est mon temps à moi.

Quand ils sont petits tout est facile je trouve. Pour moi ça l’a été en tout cas. Mais en grandissant leur personnalité se développe et leurs idées et parfois on se trouve un peu désemparée. C’est là que les mamans copines interviennent.

Pour moi à peu près toutes mes mamans-copines étaient d’abord mes copines-tout-court. On se connaît depuis longtemps, on ne s’embarrasse pas de prétendre que nous sommes des femmes que nous ne sommes pas et cette honnêteté est toujours reposante.

Elles interviennent pour nous permettre de vider notre sac quand on en a besoin, mais de ce point de vue même les copines sans enfants sont très compétentes.

Là où ça devient intéressant c’est quand on les voit avec leurs enfants. Il y a toujours un côté vraiment rassurant à voir qu’on galère toutes à un moment où à un autre. On ne galère pas avec les mêmes choses ce qui permet de s’inspirer des trucs de chacunes.

Pas de jugement chacun sa technique et chacun sa personnalité : la maman, l’enfant ou les enfants, le papa, etc. Bienveillance à tous les étages avant tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *